Cimetière d’avions à Bangkok

Je profite de mon dernier jour dans la capitale Thaïlandaise pour me rendre par curiosité  au cimetière d’avions de Bangkok « Graveyard airplane » Malgré mes quatre précédents voyages en Thailande, je ne connaissais pas cet endroit, jusqu’à ce que je vois des photos sur Internet… La plupart des taxis sauront où se trouve la route, mais pas l’emplacement exact de Soi 105, vous devrez donc diriger le taxi lorsque vous êtes sur la route Ramkhamhaeng. (google map sera votre ami)

Dans cet endroit insolite pris en sandwich entre l’autoroute surchargée et un canal malodorant, se trouve cinq/six carcasses d’avions de ligne… Des squelettes tombés du ciel, posés dans les broussailles d’un bout de terre oublié.

La petite histoire raconte qu’un riche thaïlandais passionné d’aviation aurait provisoirement parqué sa collection d’aéronefs grand format sur ce terrain de Bangkok. D’autres parlent tout simplement d’avions laissés totalement à l’abandon dans des décharges après de bons et loyaux services… Aujourd’hui trois familles sans domicile squattent les lieux, en faisant payer des droits d’entrée (pas très réglementaire tout ça..!). 

Un portail principal bien cadenassé fait office de réception. Normalement, le lieu ne se visite pas vraiment, il est même interdit d’accès. Mais nous sommes en Thailande… En payant  200 baths/personne (5€), le gardien autoproclamé du musée, un homme aux tatouages de guerrier, nous laisse accéder dans ce grand terrain de jeu. 

L’exploration de ces débris est surprenante, c’est un peu comme visiter l’épave du Titanic. De nombreux avions sont laissés à l’abandon à travers le monde, en Islande ou encore à Bali, mais ici, un Boeing 747 de la Thaï Airways (vous savez, l’avion à étage…), est particulièrement gigantesque, à l’image de la mégalopole qui l’abrite !

Tel un alpiniste, je grimpe (pas toujours très rassurant), j’explore… debout dans la soute, allongée sur les ailes, assise dans le cockpit, j’imagine alors la période fastueuse, les pilotes, les hôtesses remontant le long des couloirs avec les chariots… Ce qui est intéressant c’est la transposition de ces carcasses partiellement recouvertes de végétation dans un contexte urbain loin des taxis, tuktuks et des zones d’aéroport de la capitale. Ici sur un grand terrain vague ils sont brisés tagués, démontés, désossés, rouillés jusqu’à en perdre leur identité…

On repart avec des photos dingues et un moment passé hors du temps. Si vous aimez l’exploration urbaine, vous allez adorer ce cimetière d’avion.