Au milieu des raies aux Iles Caïmans (stingray)

Lors de ma croisière dans les Caraïbes, je fais escale dans les îles Caïmans. Nous nous arrêtons à George Town sur l’île de Grand Caïman, nous mouillons l’ancre et le débarquement s’opère en chaloupe. Une fois débarquée, ce ne sont pas les sollicitations qui manquent pour découvrir tous les attraits de l’île. C’est avec un panneau à la main que l’on m’aborde pour me présenter différentes activités à des prix bien inférieurs aux tarifs proposés à bord des navires. Je choisis un combiné Stingray et ferme aux tortues, et je ne regretterai pas !   

On rejoint un port sur l’autre côté de l’île d’où part un petit bateau pour une heure de navigation. A l’horizon un dégradé de bleus somptueux. Nous nous arrêtons en pleine mer, sur un immense banc de sable au coeur des caraïbes. On voit le fond et on a pied. C’est ici ! C’est Stingray City.  Le lagon est fermé au nord par une barrière de corail et des raies pastenagues y ont élu domicile. Nous en apercevons une bonne vingtaine plutôt costauds, certaines dépassant deux mètres d’envergure. C’est l’attraction la plus célèbre des îles Caïmans, et l’un des spots de snorkeling les plus visités des Caraïbes.

L’expérience est unique. Alors malheureusement c’est bondé de monde !  (des dizaines de bateaux y amènent quotidiennement des touristes)

On accoste directement sur le banc de sable. Avant d’entrer dans l’eau, les instructeurs donnent des informations sur comment manipuler les raies sans danger. N’oublions pas que les raies possèdent un aiguillon redoutable, qui peut causer de sérieuses blessures. Les accidents sont très rares, mais il est conseillé de respecter les consignes de sécurité. 

Aussitôt dans l’eau, les raies viennent à votre rencontre… Habituées à être nourries, elles se déplacent entre les baigneurs, nous touchent, nous montent dessus, nous massent. Alors nous pouvons jouer avec elles, nager, les caresser… 

Des photographes font poser les clients avec une raie dans les bras ou sur le dos, un joli moment ! Cependant le  CD des photos est à 80$. Pour ma part, j’attendrai que l’ensemble des touristes ait payé leur CD et quitté le bâteau pour négocier le mien à … 20$.

On raconte que par le passé, les pêcheurs, de retour d’une journée en mer avaient l’habitude de nettoyer leurs prises sur le banc de sable, attirant les raies autour d’eux. Aujourd’hui, les raies sont nourries par les touristes ce qui n’est pas sans faire débat… Alors bien que le site soit très fréquenté et pas « très naturel », Stingray City reste une expérience unique.

 

Facebook

Instagram