Plongée avec le requin citron en Polynésie

Frustrée de mon premier voyage aux Maldives en 2003 où je ne fais que du snorkeling, je rêve tous les soirs en écoutant les récits des plongeurs et en visionnant les photos de leur journée… Je me décide donc en rentrant de passer mon premier niveau de plongée. Quelques mois plus tard avec mon Open Water en poche, je pars en Polynésie à la rencontre du requin citron.       

Dès ma première plongée, je suis « dans le bain ».

A peine le bateau jette t-il l’encre que j’aperçois une dizaine de squales semblant nous attendre. Moi, génération « Dents de la mer » et qui ai toujours eu peur des gros poissons, me fais alors violence. Je prends mon courage à deux mains. Je plonge…

Il faut dire que les conditions sont excellentes, la visibilité sous l’eau est tout simplement exceptionnelle. Elle peut atteindre 50 m.

(C’est d’ailleurs pour cette raison qu’en Polynésie, vous avez le droit de plonger plus profond de 10 m que partout ailleurs dans le monde. Pour mon cas, j’aurai donc la chance de pouvoir descendre à -28 m !) 

Et voilà… ma rencontre avec mon premier requin… enfin « MES » premiers requins !

Le requin citron (qui tient son nom de la couleur jaunâtre qui lui recouvre l’abdomen dans ses jeunes années) est un requin aussi impressionnant par sa réputation que par ses mensurations. Ce colosse atteignant parfois 4 m pour environ 200 kg est considéré à tort comme dangereux pour l’homme, mais cet impressionnant squale est très rarement agressif. 

Le spectacle sous l’eau est impressionnant, ça grouille de partout ! Rapidement ce n’est pas 2 ou 3, mais bien une quinzaine de squales qui sont là… Les requins s’approchent de moi, je les vois passer dans mon dos, à quelques centimètres. Certains semblent curieux, d’autres méfiants… C’est pas très rassurant au début mais finalement je me rends vite compte que je ne les intéresse pas.

Cependant la tête de thon que mon moniteur a placé sous les rochers ne les laisse pas indifférents. J’entends déjà les critiques… Dans un monde parfait, il serait normal de s’opposer à ce genre de pratique… De source scientifique en tout cas, le shark feeding ne modifie que très localement et temporairement le comportement des squales… Personnellement, je préfère largement les voir dans ces conditions qu’emprisonnés dans des aquariums ou en pièces détachées sur les étals des marchés !

Progressivement, je m’habitue à leur présence tranquille. Alors, la magie opère, le temps s’arrête… Je suis envoutée… Une expérience qui me laissera des souvenirs indélébiles, des plongées inoubliables !

Facebook

Instagram