Plongée requins à Aliwal Shoal

Depuis mes plongées avec les requins en Polynésie, je ne pensais qu’à les retrouver à chaque nouveau saut dans le grand bleu.  

J’en avais bien aperçu quelques-uns en Thaïlande, mais j’attendais beaucoup de l’Afrique du Sud

Nous étudions les possibilités avant de partir et c’est tout naturellement vers Umkomaas qu’on jette notre dévolu. La petite ville ne fait globalement pas rêver : plutôt austère avec des plages pas forcement très belles. Mais ce qui attire ici les plongeurs du monde entier, c’est la réserve marine d’Aliwal Shoal et surtout la présence de nombreux requins d’espèces différentes, parmi lesquelles le fameux requin-tigre.

Nous logeons à Durban (1h de route), alors le réveil à 5hoo est plutôt difficile. Malgré tout, l’adrénaline prend vite le dessus ! Un petit déjeuner rapide, et nous partons pour le Aliwoal Dive Center. Arrivés sur place nous commençons par un briefing sur les règles de sécurité. Quel que soit le requin et le pays, les règles sont toujours les mêmes : rester calmes et groupés, garder ses mains près de soi, être vigilants et ne jamais faire de mouvements brusques.

On nous annonce que nous allons voir des requins pointes noires, des requins taureaux et si nous avons beaucoup de chance une femelle requin blanc de temps en temps de passage. Nous sommes excités ! On s’équipe, 2 blocs par personne (car 2 plongées sont prévues et pas de retour au centre entre les 2). 

On embarque depuis la plage à bord d’un semi-rigide d’environ 8 mètres. Ici les départs en bateau sont uniques et plutôt « sport ». La mer est tumultueuse et il faut obligatoirement passer les vagues, et c’est pas sans difficulté ! … Le skipper nous donne un gilet de sauvetage, on doit glisser nos pieds dans des sangles et bien nous accrocher. Et c’est parti !  Il étudie d’abord la meilleure ouverture et… Il part à toute vitesse. Ça tape, ça bouge, mais ça passe ! On a presque envie de l’applaudir. Une fois les vagues passées on peut enlever nos gilets. On navigue pendant une quinzaine de minutes en laissant dériver une grosse boule percée de trous qui distille les arômes fétides d’huile de poissons.

Ici contrairement à la Polynésie on ne fait pas de Shark feeding, on ne nourrit pas vraiment les requins car les poissons restent dans la boîte, mais seule l’odeur les attire. On appelle ça une plongée appâtée « baited shark »

Arrivés sur le site, il ne faut pas cinq minutes pour que les requins pointent le bout de leurs ailerons tout autour du zodiac.

Surexcitée,  je me jette à l’eau ! Nous ne sommes que 3 plongeurs, 2 autres restent en masque et tuba au dessus de nous.

Pendant presque une heure nous restons là, à environ 15 mètres de profondeur, au milieu des requins. Par-dessous, par-dessus, ils nous frôlent même parfois. Les corps magnifiques de puissance et d’aisance luisent dans une lumière diffuse. Des carangues et des rémoras (poissons pilotes) partagent leurs danses avec une dizaines de requins pointes noires d’environ 3 mètres.

C’est assez spécial comme plongée car on reste immobiles à regarder les poissons et les requins qui nous entourent. Plongeurs et poissons, évoluent ensemble et s’observent. Ballottée par la houle je m’accroche à la grande barre de métal immergée pour éviter d’être emportée. 

La rencontre avec le squale est toujours un moment magique, cependant je m’attendais à un peu plus (nombre de requins, diversité, visibilité)…  Sachant que ce récif est classé parmi les 10 plus beaux au monde… Mais nous sommes en août, ce n’est pas la meilleure période et les conditions météo sont mauvaises. Une tempête arrive, l’eau est froide, beaucoup de courant (et pour couronner le tout j’ai le pied cassé) … Bref il est bien difficile de se faire un avis objectif, avec une seule plongée, mais j’ai trop froid pour enchainer la deuxième. Mon binôme quant à lui, plus téméraire, va à la rencontre des requins taureaux. Il se rééquipe, une petite bascule arrière et c’est reparti. (Pendant que l’attente sur les boudins du zodiac en mode tempête est, comment dire… un véritable enfer !) Son sourire à la remontée sur le bateau en dit tout de même long sur ses belles rencontres !

En conclusion, c’était une plongée unique, qu’on est content d’avoir fait, même si on regrette de ne pas avoir eu de meilleures conditions. Le coût de ce type de plongée est tout de même important, (comptez 100€ par personne sans le matériel ni le permis obligatoire contre à peine plus de 30 € pour une plongée normale)… Mais à ne pas manquer tout de même !

Facebook

Instagram