Vol en montgolfière au dessus des châteaux de la Loire

Survoler les châteaux du ciel à bord d’une montgolfière Quoi de plus insolite ? Une expérience féérique qui nous faisait rêver.

Pour ceux qui on peur de l’avion (ce fut mon cas bien longtemps) sachez qu’un vol en montgolfière est bien différent d’un vol en avion. On a l’impression de flâner en apesanteur, le vol est calme… et une fois dans les airs on se sent tout simplement pousser des ailes

Nous sommes partis depuis Onzain avec le Ballon coccinelle d’Aerocom Mongolfiere. L’équipe est adorable et passionnée, on adore ! Pour connaître le site de décollage, il faut attendre le dernier moment, il dépend de la direction du Vent. (Parfois, les vols sont annulés à la dernière minute et reportés, mais ne vous arrêtez pas à cela ! Le jeu en vaut la chandelle.) Il faut savoir qu’une montgolfière ne peut pas être dirigée, on dérive sous l’influence du vent. Lorsque vous décollez, vous ne savez pas encore où vous pourrez atterrir ! Mais c’est ce qui fait la magie du vol !

Après avoir rejoint le terrain de décollage, nous participons à la mise en place du matériel.
Lorsque le sac s’ouvre, l’énorme toile se déploie. Des milliers de m2 de tissus colorés s’étalent sous vos yeux : Une magnifique coccinelle géante en pleine nature !  Appareil photo dégainé, j’immortalise le moment.  Le pilote pré-gonfle la toile avec les ventilateurs puis allume les brûleurs au propane afin de chauffer l’intérieur. L’équipe nous autorise à rentrer à l’intérieur de la toile pendant qu’il la gonfle, c’est juste ENROME !  Quel spectacle de voir cette enveloppe se gonfler tout autour de nous.

Il est temps d’embarquer, il faut enjamber la nacelle pour se retrouver à l’intérieur du panier en osier. Ça y est ! nous voilà prêt pour le décollage. 

On se rend à peine compte qu’on quitte le sol, nous sommes déja en vol. Contrairement à ce que je pensais, il ne fait absolument pas froid la haut … les bruleurs réchauffent même l’atmosphère. Un dépaysement complet, une autre vision du monde et surtout une sensation véritable d’apaisement. Ces trésors du patrimoine régional sont encore plus beaux vus du ciel ! 

Ce qu’il vous reste à faire à présent : PROFITER ! Pendant ce temps, le pilote gère le vol en fonction des conditions météo et des variations de paysages. Il fait monter le ballon à environ 1000 m ou le laisse descendre… (Ce type de ballon peut monter jusque 6000m ! ). On frôle les arbres, on touche la Loire… On perd presque la notion de temps. Il est déjà l’heure d’atterrir (avant le coucher du soleil)
Ah l’atterrissage… C’est toute une aventure ! Comme c’est le vent qui décide de là où nous flottons, il n’est donc pas possible de savoir où l’on va atterrir. Une fois que le pilote décide de l’endroit, on rase le sol jusqu’à ce qu’on décide de le toucher. L’atterrissage se fait vraiment en douceur les vents ne sont pas trop forts, la nacelle reste debout (ce n’est pas toujours les cas, mais rien de dangereux, c’est plutôt fun).

Enfin, une fois le sol atteint, tout le monde met la main à la pâte pour replier le ballon et ranger le matériel… Il est temps d’aller finir cette belle  journée en partageant nos émotion autour un verre…

 

PLUS DE RENSEIGNEMENTS : d’Aerocom Mongolfiere.